3.Belle_le_Antoureau__retenue.12_08_10

L’eau est une ressource indispensable. Certes, des sécheresses, il y en a eu, mais l’on voudrait aujourd’hui nous faire croire que nous courons à la catastrophe. Pourtant de l’eau il y en a, et même beaucoup ! Les réserves d’eau pourraient être gérées et optimisées par des solutions qui ont fait leurs preuves : non polluantes, simples, autonomes et peu coûteuses   (voir lire la suite).Cependant, contre toute attente, Belle-île s’achemine vers  la construction d’une usine de dessalement : polluante, aux coûts exorbitants, dépendante des prestataires privés, dévoreuse d’énergie électrique 

 

Des citoyens vigilants et soucieux de transparence se rassemblent face à un projet qui risque de fragiliser un milieu exceptionnel et d’orienter Belle-île vers un développement non durable et non responsable.


Le dessalement est-il incontournable?
Contactez-nous,rejoignez-nous !

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.


INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES

D'AUTRES CHOIX POUR L'APPROVISIONNEMENT EN EAU

  • équipement des maisons en réserves d’eau de pluie, systèmes collectifs et municipaux   de collecte des eaux pluviales (WC, arrosages, piscines, lavages sols, voitures et linge : économie de 30% minimum)
  • amélioration de la gestion de la ressource existante et notamment de la collecte des eaux de vallons, l’entretien des bassins versants et des barrages
  • recyclage des eaux en sortie de station d’épuration pour usage non alimentaire (directive du Conseil d’Etat)

RISQUES FINANCIERS D'UNE USINE DE DESSALEMENT

  • coûts d’investissement et de fonctionnement très élevés augmentation conséquente du prix du m3 d’eau dans une île déjà fragilisée économiquement
  • endettement de la CCBI, donc à terme, augmentation des impôts pour tous

RISQUES ENVIRONNEMENTAUX D'UNE USINE DE DESSALEMENT

  • pollution par les boues résiduelles
  • rejets chimiques d’entretien en mer: chlore et autres résidus chimiques, sous-produits de réactions et particules métalliques issues de la corrosion qui risquent de s’accumuler dans les sédiments et le biotope marin
  • rejets de saumures aux taux de concentration saline dommageables pour la flore et la faune (1 m3 de saumure pour 1 m3 d’eau dessalée produite)
  • explosion de la consommation électrique pour le fonctionnement du système d’osmose inverse du dessalement, dans une région en manque d’électricité l’hiver

RISQUES POLITIQUES

  • choix d’un développement insulaire non durable
  • précédent amenant à exporter sur le continent un système aberrant à l’heure du "Developpement Durable". Il ouvre la porte à la propagation d’usines de dessalement sur l’ensemble du territoire par les grands groupes industriels (Saur, Veolia,Suez)

 

 

Parmi nos références


Recommandations gouvernementales dont document du Conseil d’Etat

« l’eau et son droit » rapport public 4 juin 2010


Thèse Thomas Chiron

«Quelle gestion durable des ressources en eau

et du risque de pénurie sur les petites îles» 10 septembre 2007

www.cairn.info/revue-norois-2007-1-page-73.htm.
Document CCBI-SDE « Propositions pour un plan de gestion des ressources en eau potable de Belle-Ile en mer » 26 novembre 2007

http://ccbi.fr/eau_eau.html
http://www.eauxglacees.com